Aller au contenu principal

Pourquoi le reconditionné contribue au développement durable

Le reconditionné, en clair

18 février 2020 - Schéhérazade

Reconditionné et développement durable

Devenue populaire depuis une dizaine d’années, la notion de développement durable est apparue dans le sillage de l’impact de l’industrialisation et de la mondialisation. Est-elle compatible avec le reconditionné ? Absolument ! Cadaoz a à cœur d’y contribuer avec le reconditionnement de smartphones, qui limite la production de déchets électroniques.

L’alternative pour limiter la pollution électronique

Du fait de la révolution industrielle et de la croissance démographique, la forte utilisation d’appareils génère un important volume de déchets électroniques. D’après le rapport de l’Université des Nations Unies, chaque Français en jette en moyenne 21,3 kg par an ! Aujourd’hui, le développement durable nous concerne tous, organismes, entités publiques et particuliers. En parallèle, des dispositifs ont été mis en place dans plusieurs pays du monde et notamment en Europe pour favoriser l’économie circulaire. L’objectif : limiter le gaspillage de ressources grâce à une gestion efficace, de la conception au recyclage.

Petit rappel des bases du reconditionné

Une solution consiste à remettre en état des appareils déjà utilisés et pouvant encore servir moyennant une révision. C’est l’essence même du reconditionnement, qui est en plein essor.

Ce concept s’inscrit dans une optique de développement durable. Pour cause, les ressources — humaines, matérielles et logistiques — employées pour remettre un produit sur le marché ne sont pas aussi nombreuses ni énergivores que lors de sa fabrication. Néanmoins, en sortant de l’atelier, il doit être pleinement fonctionnel et c’est là tout le défi du reconditionné.

L’exigence de la qualité

On a par ailleurs tendance à associer le reconditionnement au recyclage et à la récupération. Certes, ces trois tendances correspondent aux valeurs du développement durable et de l’économie circulaire. Toutefois, elles se distinguent les unes des autres.

Dans le cadre de notre activité de reconditionnement de téléphones, nous répondons à des exigences de qualité et mobilisons notre savoir-faire industriel. Aussi, lorsque nous rénovons un smartphone, les composants en parfait état sont conservés. Les pièces abîmées ou défectueuses sont remplacées par des neuves, d’origine et garanties par les fabricants. Le volume de déchets électroniques généré est donc moindre, même si les avancées technologiques ne nous permettent pas encore de le réduire à néant.

Ainsi, acheter un appareil électroménager, un ordinateur ou encore un smartphone reconditionné est un mode de consommation à part entière à la croisée du recyclage et de l’achat neuf.

Favoriser un savoir-faire local

Une autre façon de s’engager pour le développement durable est d’utiliser autant que possible des ressources locales. Cela comporte plusieurs atouts, entre autres :

  • La contribution à une économie régionale ou nationale,
  • Le respect des normes de sécurité et d’hygiène,
  • La protection des données personnelles éventuellement stockées sur les appareils.

C’est pourquoi le reconditionnement des smartphones Cadaoz est traité localement. Les téléphones que nous recevons et vous expédions sont d’ailleurs tous rénovés en Bretagne, dans les ateliers de Cordon Electronics.

Un prix justifié

Outre leur grade esthétique, les smartphones reconditionnés présentent un très bon rapport qualité-prix. Car il faut aussi tenir compte du soin apporté à tout le processus, de la réception du produit à son expédition au nouveau propriétaire. De plus, le reconditionnement aura été effectué dans des conditions optimales entraînant des coûts justifiés : personnel, matériaux, logistique…

Enfin, rappelons que dans une démarche de développement durable et de consommation responsable, prolonger la vie d’un smartphone, c’est l’apprécier à sa juste valeur quitte à le renouveler moins souvent. C’est tout ce que nous vous encourageons à faire en optant pour le reconditionné !

À lire également